Renouvellement de nos camions
18 janvier 2018
Isolation : EDF fait un reportage TV sur un de nos chantiers
18 janvier 2018
Afficher tout

L’énergie sans empreinte carbone demain ?

Réflexion d’un conseiller en économies d’énergie pour l’habitat particulier.

 

Les quelques annonces et actualités récentes m’amènent à vous faire part de ma réflexion.

 

Résumé des annonces et actualités récentes :

 

–  L’ADEME commande un rapport montrant que la France pourrait subvenir à ses besoins en énergies en 2050 grâce à des moyens 100% renouvelable (éolien, solaire, hydroélectricité).

Un gros travail est fait par nos politiques pour enterrer ce rapport. Fasse que MEDIAPART qui se l’est procuré et l’a publié, ainsi que le relais d’autres médias et de l’opinion publique, puissent imposer une autre logique que celle du nucléaire.

 

–  Les chercheurs de STANFORD ont accidentellement fait une découverte qui va peut-être révolutionner le secteur du stockage de l’énergie. La batterie Aluminium-Graffite. Une réduction fantastique des coûts avec des matériaux plus « sympathiques » supprimant les risques des batteries actuelles (explosion, départ de feu). 5 à 10 fois plus de cycles de chargement qui se font en quelques minutes !

 

– Solar Impulse fait le tour du monde propulsé par l’énergie du soleil. 100 ans ont été nécessaires pour passer de l’avion des frères Wright à l’A380. Quelque chose me dit que nous n’attendrons pas aussi longtemps pour faire un saut similaire entre Solar Impulse et l’avion de transport sans kérosène.

 

– TESLA, le constructeur américain de véhicules électriques, va investir 4 à 5 milliards de $ pour implanter dans le Nevada une usine de fabrication de batteries. Une production décuplant les capacités mondiales actuelles entrainant un abaissement très important du coût du stockage de l’électricité. Outre l’intérêt pour le transport routier, ces batteries, accouplées à des panneaux photovoltaïques, permettront l’autonomie complète des maisons pour un investissement de 10 à 15 000€.

 

Nous sommes à un moment clé de l’évolution de notre monde. Le risque de plus en plus évident sur la santé de notre planète représente selon moi une formidable opportunité.

Toute notre intelligence doit maintenant être mobilisée pour nous permettre de continuer à progresser en limitant les impacts négatifs sur notre base vie. Cela me  semble tout à fait possible dans la mesure où cet objectif incontournable sera un des pivots de notre futur système économique et, espérons-le (même si j’ai du mal à y croire), le ciment social du monde de demain.

 

Les Politiques sont les premiers à pouvoir nous faire changer de direction. L’énergie fossile, le moteur à explosion, et le nucléaire ; tous ces thèmes appartiennent désormais au passé.

 

L’objectif simple et structurant est :

Partout où l’énergie est nécessaire il nous faut une empreinte carbone nulle et des déchets recyclables.

Une grosse part de nos investissements doit être consacrée à l’atteinte de cet objectif à 20 ou 30 ans.

 

Notre position de leader dans l’énergie nucléaire amène nos politiques à protéger une industrie qui présente d’énormes risques et qui n’a plus d’avenir. L’intérêt du coût bas de cette énergie n’existera plus dans quelques années.

Les seules dépenses de recherche qu’il nous faut faire sont celles liées au démantèlement des centrales et à la gestion sécurisée des déchets.

La rupture technologique est là. Il faut arrêter le combat d’arrière garde et se projeter avec un comportement d’outsider si la France et l’Europe veulent jouer un rôle dans l’économie mondiale de demain.

Ceux qui tiennent les manettes (?) doivent s’opposer au lobby du nucléaire et sortir de la vision à « échéance prochaine élection ». Ils cherchent à protéger le court terme qui ne cesse de se dégrader sans plan structuré pour préparer notre avenir à 10, 20 ou 30 ans. Comment peut-on dépenser autant d’argent sur les réacteurs de nouvelle génération destinés à produire de l’énergie pendant 50 à 60 ans sachant que celle-ci ne sera plus économiquement compétitive dans 5 à 10 ans ! Le tout en produisant des cochonneries qu’il va falloir gérer et stocker pendant des milliers d’années et sans parler du risque d’accident.

Les chinois et les américains ont déjà pris le virage. L’Europe doit très vite mettre en place, comme elle l’a fait il y a 40 ans pour l’industrie aérospatiale, un équivalent pour l’industrie de l’Energie.